Lors d’une discussion en 1984 avec le philosophe français Pierre Be­noît, nous avions abordé ce qu’il appelle nos obstacles mentaux, c’est-à-dire les limites imposées par notre forme de pensée et qui nous font apparaître comme évident ce qui ne sont que nos propres projections (…). (…) Avec Pierre Benoît, nous rencontrions d’emblée une question fonda­mentale, celle de nos évidences qui nous empêchent de nous ouvrir au monde, de le percevoir correctement et de le penser adéquatement. Aussi, nous nous devons d’analyser le bien fondé de nos idées toutes faites (…). (…) ce que la science avait toujours prétendu faire, soit diviser la nature en domaines réservés sans lien entre eux, s’avère fondamentalement impossible. (…). Nous avons séparé l’animé et l’inanimé, le biologique du psychologique, le naturel du synthétique, les interactions de la structure, les espèces de leur environnement, le scientifique de l’artistique, du religieux et du philosophique.

Essai du Dr. Jean Lerminiaux  – Dossier réalisé par Vincent Godefroid – Editions Clin d’œil – Wavre Belgique. Format : 145 mm x 210 mm – 4 pages de couverture et 269 pages intérieures – Reliure : dos carré collé. Juillet 2013 – D/2013/11.131/13